chapitre I

À NOUVEAU SUR
TOUTES LES LÈVRES

On ne saura jamais si c’est le climat ou la terre. Si c’est le talent des personnes qui sont passées par là et de leurs passionnantes histoires et personnalités. Ou si c’est, purement et simplement de la chance. Toute cette chance qui fit en sorte que tout se trouva, au même endroit, au bon moment, telle une bénédiction de planètes alignées, de pluie et soleil et de la curiosité des hommes.
Une chose est certaine. Silencieuse et imposante, la vieille montagne a assisté de haut à la naissance de grands vins dans ce petit morceau de terre du Dão qui est à ses pieds. Et si pour elle un siècle et demi n’est presque rien, dans le temps des hommes beaucoup de choses sont arrivées depuis que la première vigne a été plantée et la première pierre de la Casa posée, à un moment donné durant les dernières décennies du XIXe siècle.
150 ans qui furent tout sauf monotones. Traversées par des temps de guerre et de paix, d’abondance et de pauvreté, de départs et d’arrivées, de splendeur et d’oubli, les terres de Passarella virent l’histoire s’écrire - par de nombreux et talentueux auteurs mais toujours avec leur sang, le vin. Peut-être que les légendes n’existent pas et qu’elles sont en fait vraies. Peut-être que l’histoire, en effet, se répète. Ou purement et simplement, peut-être que la chance continue de notre côté. Peu importe, avec la terre comme page blanche, nous allons continuer à écrire nos lignes, récolte après récolte.
De la même manière que le Dão est légendaire, tant par ses mémoires que par son don naturel pour produire des néctars que les hommes n’oublient pas, la Casa da Passarella remet son nom sur toutes les lèvres - ce qui, à notre humble avis, est précisément l’endroit où doivent être les grands vins.
·